07-09 novembre 2018

Accueil

Cristian Mungiu

LE CINEMA S’ADRESSE A UN PUBLIC

Le cinéma évolue.
Internet, les téléphones intelligents, la possibilité de télécharger les films, la facilité de se procurer un équipement de projection de qualité et l’immense volume de la production cinématographique ont changé les habitudes du public.

Le public évolue lui aussi, et si vite que les réalisateurs ont du mal à suivre.
Il devrait idéalement nous suffire de consacrer du temps à réfléchir sur les changements à apporter aux films pour satisfaire les nouvelles demandes du public.

Malheureusement, nous n’avons pas ce luxe. Nous devons nous assurer que les lois qui régissent le secteur du cinéma évoluent elles aussi pour s’adapter à cette nouvelle réalité.

Le statut de l’auteur tel que nous le connaissons aujourd’hui est relégué au second plan, passant après « le contenu ».
Faire ainsi primer le contenu implique que les créateurs de ce contenu comptent peu.
Cette idée revient à voir les films comme une marchandise formatable et productible à très grande échelle.
On préfère ainsi l’efficacité à la créativité, et pour atteindre la meilleure efficacité, on rejette les risques créatifs.
Ceci signe l’arrêt de mort de l’« auteur » tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Pourtant, seuls les auteurs repoussent les frontières de leur art et renouvellent ses formes d’expression, les artisans des « contenus » en sont bien incapables.Mais dans le monde d’aujourd’hui, le cinéma est-il encore considéré comme un art ?
Le genre d’art à partager dans des cinémas, avec le plus grand nombre ?
Dans des multiplex au sein de centres commerciaux ?
Le genre d’art que l’on cantonne aux musées ? Ou bien celui que l’on diffuse sur Internet ?

La plupart d’entre nous ne détiennent pas de réponse, car nous sommes trop âgés.Tout ce que nous pouvons faire est nous concentrer jusqu’au bout sur notre liberté de créer.
Cette liberté implique une responsabilité, celle de créer des films de meilleure qualité que la production actuelle. Et celle de ne jamais oublier que le cinéma, qu’on le considère comme un contenu ou un art, s’adresse à un public.

Propulsé par FestiCiné