édito de Radu Mihaileanu
Président de L'ARP
© DR

Cinéma et démocratie

Pour la 27ème fois, les Cinéastes de L’ARP accueillent en Bourgogne, à Dijon, les principaux acteurs de la profession afin d’échanger sur le bel avenir du cinéma. De ces discussions naîtront, je l’espère, des avancées, des pistes imaginant des évolutions, des engagements. De ces réflexions naîtront aussi, sans doute, les beaux films de demain : français, européens, mondiaux. Je rappelle que la France est un des premiers coproducteurs de cinéma au monde.

Cette année, toutefois, le contexte des Rencontres est très particulier. Au plan politique, nous avons senti ces derniers mois toute la fragilité de la démocratie, la peur se dressant parfois plus fort que la raison, la soif et la curiosité de l’Autre étant piétinées par la folie des extrêmes, du repli sur soi. Citoyens et artisans du cinéma, nous devons, chacun à notre échelle, faire entendre une voix juste, qui défende en France, à Bruxelles et partout ailleurs la diversité et la richesse de la culture et de l’altérité, le droit pour tous les cinémas d’exister et d’être vus. Nos sociétés doivent conduire de grandes politiques culturelles capables d’ouvrir les esprits et de dialoguer avec la modernité.

Bien des combats illustrent concrètement ces espoirs.

Dans un secteur en constante transformation, nous devons repenser notre place et la pérennité de notre écosystème, afin de mieux travailler ensemble au bénéfice des œuvres et de leur accès sur l’ensemble des territoires.

Les discussions autour de la chronologie des médias, cristallisant ces questionnements, nous invitent à accompagner son évolution.

Alors que le financement et l’exposition des œuvres interviennent dans un secteur toujours plus globalisé, quelle place pour l’indépendance et la diversité ?

Les nouveaux usages et plateformes servent-ils réellement les œuvres ?

Notre société porte-t-elle l’ambition politique d’un véritable projet culturel ?

Comment les innovations technologiques influencent-elles le travail de narration et la relation aux œuvres ?

Cette année encore, à travers tout cela, nous défendrons une certaine idée du cinéma et de la démocratie. Le merveilleux est toujours possible ! Alors, à tous, je souhaite des Rencontres foisonnantes d’idées et riches de partages.