édito de Françoise Nyssen
Ministre de la Culture
© MC Didier Plowy

Indépendance et diversité sont les deux grandes valeurs qui fondent le cinéma français. Ce sont deux valeurs portées haut et fort par la société civile des Auteurs-Producteurs-Réalisateurs, depuis sa création, et incarnées par l’ensemble des cinéastes de talent qui ont pu remplir ses rangs. Ce sont, plus largement, les deux piliers qui font le socle de notre modèle culturel, pour la défense duquel je suis engagée, avec l’ensemble du ministère de la Culture. 

Défendre ce modèle, c’est d’abord défendre avec intransigeance ses principes fondateurs, au niveau français comme au niveau européen : le droit d’auteur, le juste partage de la valeur.

Défendre ce modèle, c’est aussi réussir à l’adapter à la nouvelle donne numérique. C’est tout l’enjeu des débats sur la chronologie des médias et la lutte contre le piratage, qui vous mobilisent cette année, pour ces Rencontres cinématographiques à Dijon. C’est aussi le défi de l’intégration des nouveaux acteurs du numérique à notre écosystème de financement de la création. Le feu vert récemment donné au niveau européen pour étendre la taxe sur les vidéogrammes aux plateformes situées à l’étranger et aux plateformes vivant de la publicité était un grand pas. Nous ne nous arrêterons pas là.

L’avenir du cinéma est entre nos mains.

Les vôtres, bien sûr, qui le faites vivre par votre talent, votre audace, votre passion.

Mais également celles des pouvoirs publics, qui accompagnent le cinéma français depuis ses premières heures, et qui doivent continuer plus que jamais, en cette période de grande transformation.

Je connais la mobilisation de L’ARP sur ces sujets et j’aimerais remercier tout particulièrement Radu Mihaileanu, Dante Desarthe, Eric Lartigau, et Pierre Jolivet, ainsi que l’équipe de L’ARP, pour leur engagement.

Merci à toutes et à tous.

Je vous souhaite de beaux débats.