FRéDéRIQUE BREDIN, PréSIDENTE DU CNC – 2014
INVENTER DE NOUVEAUX INSTRUMENTS
(Crédit CNC)
L’histoire nous a appris combien de petits changements dans nos habitudes du quotidien pouvaient en réalité provoquer des bouleversements culturels majeurs. Il s’agit aujourd’hui d’adapter notre écosystème à des enjeux qui ne sont pas seulement sectoriels, mais de civilisation. Il ne s’agit pas, comme en musique, d’une simple transposition, d’une somme d’ajustements à opérer, mais d’inventer de nouveaux instruments de politique publique appropriés au monde numérique afin d’accompagner tous les acteurs de la création. Les Rencontres cinématographiques de L’ARP nourrissent, par la qualité des débats qui y sont tenus, la réflexion sur les défis du secteur cinématographique qui nous anime perpétuellement au CNC.

Le CNC a engagé tout au long de l’année des travaux de réformes indispensables au regard de la rapidité de changement de l’économie du cinéma. Ainsi nous avons, après concertation avec les professionnels, mis en place de nouveaux soutiens à la VàD pour encourager une offre légale représentative de la diversité du cinéma, mené le travail sur le réaménagement de la chronologie des médias, ou encore arrêté un premier train de mesures visant à structurer et rééquilibrer l’ensemble du secteur, du financement des œuvres à leur diffusion. Parmi les champs ouverts à la suite des Assises, il nous reste néanmoins à approfondir les questions liées aux conditions de distribution des œuvres et les enjeux importants qu’elles sous-tendent, notamment en termes d’accessibilité de tous à une offre diversifiée.

Si l’on ne peut pas prédire l’avenir, du moins peut-on le préparer, c’est tout l’enjeu des débats encadrés à Dijon. Je tiens à remercier Michel Hazanavicius, Dante Desarthe, et Florence Gastaud, ainsi que les équipes et les membres de L’ARP, pour leur vigilance intellectuelle et pour nous offrir l’occasion d’échanges qui préparent l’avenir du 7ème art.